La persévérance, une des clés de la réussite

Frédéric Retailleau travaille depuis 23 ans chez DACHSER France au siège social à Chanverrie en Vendée. Pour ce comptable touché par la surdité, l’intégration et l’esprit d’équipe sont les piliers d’une carrière épanouissante.

Frédéric Retailleau, comptable chez DACHSER France au siège social à Chanverrie (Vendée)
Frédéric Retailleau, comptable chez DACHSER France au siège social à Chanverrie (Vendée)

Comme il le mentionne, Frédéric Retailleau a fait ses débuts dans l’entreprise (anciennement Transports Graveleau) en 1998, année de la Coupe du Monde de Football. Ce féru de sports et de voyages avait auparavant obtenu un Bachelor universitaire de technologie en gestion des entreprises et des administrations (DUT GEA) à l’IUT de Nantes : « Ceci m’a demandé beaucoup d’effort pour obtenir ce diplôme. Ce n’est pas courant avec mon handicap d’aller aussi loin dans les études, et de trouver ensuite du travail dans son domaine » précise-t-il. En effet, jusqu’à son bac, Frédéric Retailleau avait reçu un enseignement dans des établissements spécialisés et a donc dû redoubler d’efforts lors de ses études supérieures.

S’adapter aux changements et pas seulement

Pour Frédéric, son handicap fût finalement une force puisqu’il l’a poussé à développer une forte volonté de réussir et de s’intégrer dans la société et le monde professionnel afin de vivre une vie normale.

« En arrivant chez DACHSER, j’ai trouvé de la bienveillance et de la patience. Mes collègues me parlent doucement et articulent et mon intégration a été progressive. »

Aujourd’hui, Frédéric s’occupe de la saisie des règlements clients et de la justification des comptes clients ainsi que du règlement des litiges. Son appétence pour les chiffres et les mathématiques lui garantissent un épanouissement au quotidien dans son métier.

Les outils digitaux jouent un grand rôle dans son travail et son intégration. Ceci lui permet notamment de répondre aux sollicitations des agences à distance : « Des outils comme le chat et la boite mail me permettent d’échanger plus facilement avec mes interlocuteurs à distance. »  Depuis plus de 20 ans, la technologie chez DACHSER est en perpétuelle évolution. Cela concerne notamment la gestion des données et les logiciels utilisés à la Direction Administrative et Financière, où évolue Frédéric. Mais cela ne l’effraie pas : « Il y a toujours un peu d’inquiétude au début, le temps d’appréhender et de comprendre le changement. » Mais aimant l’aspect technique de son métier, Frédéric a toujours su s’adapter rapidement.

L’intégration est l’affaire de tous
L’intégration est l’affaire de tous

L’intégration est l’affaire de tous

Malgré tous les efforts réalisés par Frédéric, son équipe a également joué un rôle important dans son intégration, et ses collègues ont à cœur de s’adapter. « Ma responsable, Estelle, apprend les rudiments de la langue des signes afin que l’on puisse mieux se comprendre. »

 

Mais la crise sanitaire avec son lot de mesures barrières, dont le port obligatoire du masque, a soulevé de nouvelles problématiques : « Comme je lis beaucoup sur les lèvres, c’était plus compliqué pour moi et je me suis senti isolé, d’autant plus en télétravail ». L’utilisation de masques transparents a donc été testée mais n’a pas été un franc succès. Par ailleurs, au quotidien, une organisation a été mise en place pour garantir une vie d’équipe normale à Frédéric « Lors des réunions, on m’envoie la présentation quelques jours avant et on m’écrit le compte rendu en direct pour suivre les échanges » explique-t-il. Lors des formations que Frédéric suit tout au long de son parcours professionnel, des interprètes en LSF (Langues des Signes Françaises) sont également présents.

Le fonctionnement de son équipe rend Frédéric heureux. « Je suis très fier de ma carrière chez Dachser et de m’être aussi bien intégré au service. » Ses collègues le décrivent d’ailleurs comme un homme jovial, ouvert et à l’écoute des autres « Pas mal pour un sourd !» plaisante-t-il. 

« Je conseille à des personnes atteintes d’un handicap quel qu’il soit, de garder leur envie de réussir professionnellement. » explique Frédéric qui a en effet dans ses connaissances plusieurs sourds et malentendants travaillant chez Dachser ou d’autres sociétés. Il ajoute qu’ « il faut persévérer et ne pas se décourager afin de mener une vie professionnelle intéressante.»

Contact Lou-Edel Bellaton