News

“Soudain considérés comme des héros du quotidien”

Les conducteurs de camion sont des "maillons essentiels" et font fonctionner de manière fiable les chaînes d'approvisionnement, même en temps de crise. Durant cette crise, les conducteurs ont dû s’adapter aux contraintes sanitaires, mais il y a aussi eu des aspects positifs. Entretien avec Christian Ludwig, conducteur et gestionnaire de flotte, et Jürgen Schneider, responsable du transport courte distance à l’agence DACHSER de Memmingen.


Christian Ludwig et Jürgen Schneider, site logistique DACHSER Allgäu à Memmingen
Christian Ludwig et Jürgen Schneider, site logistique DACHSER Allgäu à Memmingen

Heureusement, les embouteillages aux frontières allemandes menant vers l'Europe de l'Est, en Autriche et en Italie, qui bloquaient parfois les véhicules pendant des heures, se sont atténués. Au début de la crise du coronavirus, cela ne présageait rien de bon pour les chaînes d'approvisionnement. Et même si la circulation est de nouveau en mouvement, la pandémie de Covid-19 a considérablement changé le quotidien des conducteurs de camion.

A l’agence de Memmingen, comme dans toutes les agences du réseau DACHSER, les mesures d'hygiène ont été mises en place, en installant des cloisons en plexiglas avec des ouvertures aux comptoirs d'expédition, et en ajoutant des marquages d'éloignement au sol pour offrir aux conducteurs et au personnel administratif la meilleure protection possible. "Également, la cafétéria a commencé à proposer uniquement de la nourriture à emporter et les conducteurs ont reçu des masques, des sprays désinfectants et des vêtements de rechange", explique Christian Ludwig, conducteur. Autrefois lieu de rencontre informel, la zone fumeur n’est autorisée qu’à deux personnes à la fois qui doivent se tenir à distance l'une de l'autre.

La livraison des marchandises a également changé. "Les contacts directs sont désormais rares, du moins avec les clients B2B. Les mesures préventives des clients varient et dépendent largement du secteur", explique M. Ludwig. Il indique qu'une société pharmaceutique, par exemple, exige qu'un questionnaire de santé détaillé soit rempli et que les températures soient prises avant la livraison. Et dans le secteur alimentaire, les masques et une désinfection rigoureuse sont généralement obligatoires. Toutefois, M. Ludwig note qu'ailleurs, l'attitude des gens est un peu plus détendue. C'est le cas par exemple de nombreux clients B2C, dont le nombre a doublé à l'agence DACHSER de Memmingen depuis le début de la crise du coronavirus.

Recevoir des remerciements

Comme nous l'avons vu, la crise du coronavirus fait partie intégrante de la vie des conducteurs. Les masques, le lavage et la désinfection fréquents des mains font partie de leur quotidien, tout comme le fait de respecter une distanciation physique avec les autres personnes. M. Ludwig constate que les gens ont tendance à s'engager les uns avec les autres à un niveau plus personnel qu'auparavant. Lorsqu'il livre, par exemple une machine à laver ou une serre, beaucoup de gens veulent savoir comment la situation actuelle impacte le travail des conducteurs de camion. On lui a parfois offert un petit cadeau ou une barre chocolatée en guise de remerciement. "Ce genre de choses nous motive davantage. De toute ma carrière, je ne me suis jamais senti aussi apprécié", déclare M. Ludwig.

"De toute ma carrière, je ne me suis jamais senti aussi apprécié." Christian Ludwig, conducteur et gestionnaire de flotte

Jürgen Schneider, responsable du transport courte distance au centre logistique de DACHSER Memmingen, est tout à fait d'accord : "Je suis chez DACHSER depuis 35 ans maintenant. En ces temps difficiles, le secteur de la logistique est particulièrement apprécié. Nous avons cessé d'entendre : "Les camions encombrent les routes". Maintenant, nous entendons : "C'est formidable que DACHSER nous permette de collecter et de livrer les marchandises à temps". Les personnes de notre profession sont soudain considérés comme des héros du quotidien, tout comme les travailleurs sociaux. Monsieur Schneider ajoute que ce n'est que dans des situations difficiles que nous réalisons l'importance de certaines professions.

Lorsqu'une grande partie de ce que nous considérons comme acquis disparaît, les gens prennent beaucoup plus conscience de l'importance de répondre aux besoins fondamentaux. Mais M. Ludwig affirme qu'aucun de ses conducteurs n'a peur de faire son travail : "Dès le début, nous avons eu le sentiment que DACHSER prenait soin de nous. Tous prennent ce virus très au sérieux, mais aucun d'entre nous n'a eu peur, en grande partie grâce aux mesures préventives rapidement mises en place". Alors que la situation dans le pays commence à revenir à la normale, M. Ludwig commence à constater une meilleure atmosphère chez les clients, même si partout les gens s'inquiètent pour leur emploi. De nombreuses entreprises, notamment dans les secteurs de la métallurgie, de l'électronique, de la restauration, de l'hôtellerie, de la gestion d'événements et de la restauration, ont subi une perte de revenus de 80 %, voire de 100 % dans de nombreux cas.

"Chez DACHSER, les règles actuelles de distanciation font que seule la moitié des bureaux sont occupés", explique M. Ludwig. Cela pourrait être une option viable pour les restaurants avec des tables à l'extérieur, ou pour les hôtels. "Tant de personnes dépendent de ces industries - leur situation affecte également les maraîchers, les bouchers et les brasseries", explique M. Ludwig.

Le confinement a également eu un impact sur DACHSER. Les opérations dans de nombreux secteurs ont été soit à l’arrêt, soit massivement réduites. Par conséquent, cela affecte le transport.

"Dès le début, nous avons eu le sentiment que DACHSER prenait soin de nous."
"Dès le début, nous avons eu le sentiment que DACHSER prenait soin de nous."

Surmonter la crise ensemble

" DACHSER s'efforce toutefois de minimiser les effets négatifs pour les entreprises de transport sous contrat", déclare M. Schneider. "Nous utilisons les véhicules en rotation, de sorte que les annulations restent aussi minimes que possible pour chaque entreprise. Nous sommes en contact étroit avec nos partenaires de transport et nous voulons leur faire savoir qu'ils font partie de la famille DACHSER et que nous allons traverser cette crise ensemble". Selon M. Schneider, il ne s'agit pas d'aller plus vite, plus haut, plus loin, mais de faire preuve de responsabilité, d'honnêteté et de fiabilité : "En d'autres termes, des valeurs qui ont toujours constitué le fondement de l'éthique DACHSER."

M. Schneider espère que le secteur de la logistique conservera son statut actuel dans la société : " L'empathie, la solidarité et l'appréciation que nous connaissons actuellement pour le travail effectué nous offrent une base très différente de collaboration et de communication à tous les niveaux. Tout cela rend la conduite de camions plus attrayante, ce qui doit être une priorité ".

Contact Marine Siret