News

“En ce qui concerne le Brexit, de nombreuses entreprises font l'autruche”

DACHSER est bien préparé pour rendre les futurs dédouanements des transports de marchandises entre l'Union Européenne et le Royaume-Uni aussi fluides que possible.

Le Brexit est acté et la phase de transition sera de l'histoire ancienne dans quelques semaines. Quels que soient les accords que l'UE et la Grande-Bretagne pourront conclure à court terme, le 1er janvier 2021 sera une rupture profonde dans la circulation des marchandises à destination et en provenance de la Grande-Bretagne. Steffen Wiese, Head of Sales, European Logistics, North Central Europe chez DACHSER, explique ce que les entreprises doivent impérativement garder à l'esprit, quand certaines risquent même d'aller trop loin dans les pré-dispositions.

Diriez-vous qu'il est encore possible d'éviter un Brexit difficile et sans issue ? Comment un Brexit dur affecterait-il le transport de marchandises impliquant le Royaume-Uni ?

Il y a encore une chance qu'un accord puisse être conclu. Mais plus nous nous approchons de l'échéance, moins il y a d'espoir. DACHSER se prépare sans aucun doute, ainsi que ses clients, à un Brexit dur pour s'assurer que nous sommes prêts à faire face à toutes les éventualités.

Le dédouanement après le Brexit rendra le transport des marchandises beaucoup plus compliqué, plus coûteux et plus long. Nous nous attendons à ce qu'un Brexit difficile perturbe considérablement les transports, surtout au début de l'année prochaine. Nous constatons que certaines entreprises ont déjà pris des mesures et ont déplacé leurs opérations vers des sites situés dans l'Union  Européenne. À la lumière des nouvelles procédures de dédouanement, certains modèles d'entreprise ne sont plus très pratiques et devront être révisés. Les envois B2C deviendront plus chers, même si des procédures plus simples sont introduites pour les marchandises jusqu'à une certaine valeur. Pour de nombreux expéditeurs, cela n'en vaudra tout simplement pas la peine. Comme les délais et les coûts d'expédition pour approvisionner le marché européen à partir du Royaume-Uni vont également augmenter, de nombreux expéditeurs ont déjà rapproché leurs centres de distribution de l'UE.

Les entreprises, y compris les clients de DACHSER, en Allemagne et dans le reste de l'Europe, sont-elles préparées ? Où voyez-vous des besoins de rattraper le retard pris par certaines entreprises ?

Outre les entreprises bien préparées, il y en a aussi un certain nombre qui doivent encore prendre des mesures urgentes. Elles ont attendu trop longtemps, ce qui entraînera des problèmes - au plus tard à partir du 1er janvier. C'est particulièrement vrai pour les entreprises qui, jusqu'à présent, ont exclusivement servi le marché intérieur européen, car elles manquent souvent de l'expertise douanière requise.

De nombreuses entreprises s'attendent en fait à ce qu'un accord définisse que tout reste en l'état. De plus, la pandémie du Covid-19 a largement éclipsé le Brexit de la place publique, ainsi que dans de nombreuses entreprises.

Mais il est important de savoir que, quoi qu'il arrive sur la scène politique au cours des prochains jours et des prochaines semaines, le dédouanement sera certainement un sujet brûlant pour les expéditeurs et les destinataires des marchandises transportées entre l'Union Européenne et le Royaume-Uni. Il est donc essentiel de s'y préparer.

Une question plus générale : Que doit prendre en compte une entreprise qui a l'intention d'exporter des biens vers le Royaume-Uni ou de les importer, à partir du 1er janvier 2021 ?

Les expéditeurs doivent d'abord vérifier dans quelle mesure leurs Supply Chain sont affectées. Une attention particulière doit être accordée à la préparation des informations et des documents nécessaires au dédouanement afin que nous puissions, en tant que prestataire logistique, nous charger des formalités douanières relatives aux importations et aux exportations. Ces informations comprennent le numéro EORI. De plus, l'obtention de l'autorisation douanière de l'importateur concerné est essentielle pour le traitement des envois à destination et en provenance du Royaume-Uni. C'est pourquoi nous demandons à nos clients d'informer leurs destinataires qu'ils doivent nous fournir le nom de l'importateur afin que nous puissions demander l'autorisation nécessaire.

La société DACHSER elle-même est bien préparée pour rendre les futurs dédouanements des transports de marchandises entre l'Union Européenne et le Royaume-Uni aussi fluides que possible. Il appartient maintenant aux expéditeurs de vérifier une fois de plus avec soin qu'ils ont bien pris toutes les dispositions nécessaires. Sur notre site web, nous avons publié une checklist qui permet à nos clients de voir ce dont ils ont besoin. Et bien sûr, les experts de chez DACHSER sont toujours prêts à répondre à toutes les questions.

Le pire scénario serait que les marchandises restent coincées chez l'expéditeur et que nous ne puissions pas les récupérer. Car le transport ne peut commencer qu'une fois que tous les documents nécessaires au dédouanement ont été mis à disposition. À partir du 1er janvier, il n'y aura pas de période de transition ni d'exceptions et les documents ne pourront pas être présentés plus tard. Ce sont les conditions que les prestataires logistiques doivent désormais respecter. Dans le pire des cas, les entrepôts des clients déborderaient, car les marchandises seraient bloquées.

Interview with: Steffen Wiese

Head of Sales, European Logistics, North Central Europe chez DACHSER

Quelles dispositions spécifiques DACHSER a-t-il pris en tant que prestataire logistique ?

DACHSER se prépare au Brexit depuis des années. Nous avons formé une équipe de projet interne composée d'experts de tous les secteurs de l'entreprise. Cette équipe est chargée de traiter tous les aspects du Brexit - du dédouanement, du contrôle du volume et de l'acheminement du trafic à l'informatique, à la dotation en personnel et aux communications.

Afin de nous préparer à toutes les éventualités, nous avons particulièrement investi dans les douanes et créé des solutions logicielles pour garantir l'efficacité des procédures douanières. En plus d'ajouter des ressources à notre infrastructure informatique, nous nous assurons que DACHSER UK et DACHSER Ireland disposent tous deux d'un personnel suffisant, en particulier de personnes formées aux questions douanières. Sur le continent, notre réseau logistique mondial nous fournit une expertise et des ressources considérables. Nous avons également créé une équipe interne dédiée pour soutenir nos collègues au Royaume-Uni et en Irlande ainsi que nos plateformes de distribution dans l'UE à partir du 1er janvier 2021. Les membres du groupe de travail sont formés au fonctionnement des différents systèmes afin de pouvoir limiter les coûts supplémentaires, et nos organisations nationales travaillent en étroite collaboration pour minimiser les perturbations. Et comme nous avons le statut d'OEA au Royaume-Uni et dans de nombreux pays de l'UE, nous pouvons veiller à ce que les marchandises passent la douane aussi rapidement et sans encombre que possible.

Quelle est la situation en Irlande ? La majorité des transports à destination et en provenance de l'Irlande passent par la Manche. Existe-t-il des itinéraires alternatifs ?

Le transport de marchandises vers l'Irlande se heurte inévitablement à des obstacles. Mais ce qui est assez imprévisible, c'est la façon dont les choses vont se dérouler avec l'Irlande du Nord, ce qui, comme nous le savons tous, est une question très politique. Il existe des itinéraires alternatifs vers l'Irlande et, bien que toutes les options impliquant des compagnies de ferry soient explorées, elles conduiront en fin de compte à des temps de transit plus longs.

Après des années de préparation au Brexit, quelles leçons en avez-vous tirées ?

Il s'agit de rester flexible face aux inévitables surprises, notamment politiques. Personnellement, j'espère que les scénarios cauchemardesques prévoyant des milliers de camions bloqués de chaque côté de la Manche ne se réaliseront pas et que les autorités feront également leur part pour mettre en œuvre le processus efficacement. Je suis également curieux de voir comment l'économie se développera et si le Brexit va dissuader les autres pays de toute envie de quitter l’Europe.


Merci pour cette interview M. Wiese!

Contact Lou-Edel Bellaton