News

« La divergence de l'offre et de la demande dans le fret maritime continue de faire grimper les prix »

Le marché du fret maritime a toujours été caractérisé par une grande volatilité, mais le Covid-19 a aggravé la situation.

La crise du coronavirus n’a pas épargné le fret maritime. Une capacité réduite, des tarifs plus élevés et la digitalisation des compagnies maritimes rend le marché plus complexe et plus volatil que jamais. Rolf Mertins, Head of Global Ocean Freight chez DACHSER, donne un aperçu de l’état actuel du fret maritime.

M. Mertins, quelle est la situation du marché du fret maritime aujourd’hui ?

L'année dernière, tout était différent - et cela vaut aussi pour le fret maritime. Dans le passé, nous pouvions toujours planifier nos achats d'espace maritime sur la base de l'expérience et des chiffres de l'année précédente. Avec la pandémie du coronavirus, nous avons dû littéralement jeter ces hypothèses par-dessus bord.

Au quatrième trimestre de 2020, la production en Asie a repris son plein essor et la demande de transport par conteneurs a fortement augmenté. La capacité de transport était toutefois bien inférieure au niveau de l'année précédente. Outre la pénurie de conteneurs vides sur les sites de production en Asie, les délais et donc la capacité de fret sont restés limités en raison du blocage des coronavirus. La pénurie de conteneurs affecte surtout les transports vers les États-Unis, mais aussi les expéditions vers l'Europe. En effet, le retour des conteneurs vides depuis les États-Unis prend au moins six à dix jours de plus que pendant la période précédant l'apparition du coronavirus. Les raisons en sont notamment les restrictions liées au Covid-19 dans les terminaux portuaires, la pénurie de chauffeurs de camion, mais aussi les retards dans le déchargement des navires, car les équipages infectés sont constamment mis en quarantaine et les navires doivent donc rester au mouillage.

Aussi, de nombreux navires sont temporairement mis hors service pour que leurs moteurs soient équipés de pots catalytiques réduisant les émissions. L’espace de chargement est alors insuffisant et la divergence entre l'offre et la demande continue de faire grimper les prix de manière "astronomique".

Voyez-vous des signes de reprise ? Que pensez-vous que l'avenir réserve au marché des porte-conteneurs ?

Nous supposons que la situation restera ainsi jusqu'à la fin février, probablement même pendant tout le premier trimestre 2021. Le Nouvel An chinois en février aggrave également la situation. Les taux, en particulier, devraient encore augmenter, ou certainement pas baisser, étant donné que les prévisions montrent que les volumes d'expédition ne devraient pas diminuer avant la fin du mois de février 2021. Après cela, et une fois que le retard considérable aura été comblé, nous pourrions voir les problématiques d'espace de transport maritime, et, espérons-le, de disponibilité des conteneurs également, commencer à s'atténuer. Toutefois, nous ne verrons pas la capacité disponible ou la structure tarifaire revenir à la normale avant un certain temps encore.

Les compagnies maritimes européennes travaillent actuellement d'arrache-pied pour digitaliser leurs processus et leur mode de fonctionnement. Cela signifie que nous devons revoir nos processus d'achat et de réservation existants et les adapter à ce nouveau développement du marché si nous voulons étendre et pérenniser le modèle commercial des FCL.

Avec ses services LCL, DACHSER offre à ses clients des solutions logistiques pour les envois de groupage à l'échelle mondiale. Comment les clients peuvent-ils en bénéficier, surtout en ces temps difficiles ?

Les services LCL sont essentiellement une sorte de service de groupage pour les océans, et une solution fiable et transparente pour nos clients. Cela est particulièrement vrai en temps de crise, comme la pandémie actuelle, lorsque les arrêts de production ou les fermetures dans les pays de destination font qu'il n'y a pas autant de chargements de conteneurs complets à transporter. Les services de transport de lots complets se caractérisent par des départs hebdomadaires et des temps de transit rapides, ce qui en fait un élément important pour le bon fonctionnement des chaînes de transport international. Cela signifie que les services LCL sont moins sensibles aux crises et qu'ils constituent une option de transport alternative appropriée pour chaque secteur, même par rapport au transport de fret aérien, à condition qu'ils puissent être planifiés longtemps à l'avance. C'est pourquoi nous continuerons à adapter notre portefeuille de LCL encore plus vigoureusement à l'avenir et à l'élargir avec des lignes supplémentaires.

Merci beaucoup pour cette interview.

Interview with: Rolf Mertins

Head of Global Ocean Freight chez DACHSER

Contact Lou-Edel Bellaton