Les énergies renouvelables pour un avenir durable

Andre Kranke, Head of Corporate Research & Development and manager of the Climate Protection project chez DACHSER, nous décrit comment l'entreprise pose les jalons de la protection du climat.

Efficience, innovation et responsabilité globale : telles sont les clés de voûte de la stratégie à long terme de DACHSER en matière de protection du climat. Andre Kranke, Head of Corporate Research & Development and manager of the Climate Protection project chez DACHSER, nous décrit comment l'entreprise pose les jalons de la protection du climat grâce, notamment, à l'achat d'énergies renouvelables ou la construction d'installations photovoltaïques.

Monsieur Kranke, depuis le 1er janvier 2022, DACHSER n'achète que de l'électricité produite à partir de sources renouvelables. S'agit-il d'une décision révolutionnaire ?

Nous voulons prendre des mesures concrètes pour contribuer directement à la réalisation des objectifs de l'Accord de Paris. La décision d'acheter de l'électricité 100% verte dans les 42 pays où nous avons une filiale DACHSER va augmenter notre facture d'électricité à court terme. Mais cette mesure permettra de réduire les émissions de carbone et de stimuler la demande d'électricité verte, soutenant ainsi indirectement l'expansion des énergies renouvelables innovantes.

Mais DACHSER investit également directement dans la production d'énergie renouvelable, n'est-ce pas ?

Oui, nous voulons développer de manière significative nos systèmes photovoltaïques. Nous voulons quadrupler notre production au cours des trois prochaines années, en passant de notre production actuelle d'environ 5 000 kWp à 20 000 kWp. Et ce n'est que la première étape.

Que prévoyez-vous d'autre ?

Nous disposons d'encore plus de surfaces de toitures qui pourront être équipées de systèmes photovoltaïques dans les années à venir. Nous voulons le faire le plus rapidement possible, mais nous devons bien sûr tenir compte de la capacité de projet disponible. Chaque installation est un projet en soi et implique une série de tests techniques. La mise en œuvre nécessite une planification et une validation précises, ce qui prend du temps. Mais nous avons un certain nombre de collègues qui y travaillent de manière très intensive avec nos partenaires.

Interview with: Andre Kranke

Andre Kranke est Head of Corporate Research & Development and manager of the Climate Protection project chez DACHSER

L'énergie produite les jours ensoleillés est-elle suffisante pour couvrir la demande de vos installations, en particulier les nouvelles voitures et camions électriques ?

Malheureusement non. Nous avons déjà fait le calcul : si nous passons entièrement à une flotte électrique, notre consommation d'énergie va monter en flèche, et nous ne pourrons pas y faire face avec les seuls systèmes photovoltaïques installés sur nos toits. Nous utiliserons l'électricité que nous produirons, mais nous devrons toujours acheter de l'électricité verte. Soutenir la construction de nouvelles installations d'énergie renouvelable sous la forme de contrats d'achat d'électricité - c'est-à-dire de contrats de fourniture d'électricité à long terme avec des producteurs d'énergie renouvelable - est une autre piste que nous explorons actuellement.

Allez-vous également produire et utiliser de l'hydrogène avec de l'électricité verte ?

Nous étudions actuellement cette possibilité avec divers experts et partenaires, dont l'université des sciences appliquées de Kempten. DACHSER est également membre de l'association allemande de l'hydrogène et des piles à combustible (DWV), un groupe d'intérêt spécial qui cherche à promouvoir un lancement rapide sur le marché de la technologie des piles à combustible et de l'hydrogène comme source d'énergie. Dans le cadre de ces partenariats, nous nous engageons activement dans l'économie de l'hydrogène, nous encourageons l'innovation et, à terme, nous testerons également la nouvelle technologie H2 dans son utilisation quotidienne à un stade précoce.

Il est déjà évident que la production locale sur nos sites faciliterait grandement le défi de la distribution de l'hydrogène. Mais la production durable de la molécule d'H2 nécessite beaucoup d'énergie. La viabilité économique dépend donc beaucoup du coût de l'électricité verte.

Cela signifie-t-il que les camions à hydrogène sont une meilleure solution que les camions électriques pour une utilisation sur de longues distances sans émissions ?

Peut-être. Pour déterminer laquelle de ces deux technologies à zéro émission sera la plus rentable dans le transport de marchandises du futur, et à quel moment, il faudra se baser sur leurs scénarios d'utilisation respectifs. Quoi qu'il en soit, nous avons besoin des deux types de propulsion électrique pour atteindre les objectifs de protection du climat.

Merci de nous avoir accordé cet entretien.

Contact Lou-Edel Bellaton