"Le zéro émission par conviction"

Quelle expérience DACHSER a-t-elle déjà acquise concernant les nouvelles technologies du zéro émission ? Entretien avec Andre Kranke.

En tant que Department Head Trends and Technology Research, Corporate Research & Development chez DACHSER, Andre Kranke dirige le projet d'innovation "Climate Protection". Dans cette interview, il revient sur l'expérience déjà acquise par DACHSER en matière de zéro émission.

Comment les constructeurs peuvent-ils atteindre l'objectif de zéro émission ?

Pour respecter la définition légale des véhicules à zéro émission - aucune émission de CO2 et de polluants atmosphériques à l'échappement des véhicules - il faudra passer aux camions électriques et aux camions à hydrogène, voire aux camions équipés de caténaires sur certains trajets. Le passage complet aux véhicules à émissions nulles viendra car l'industrie des véhicules commerciaux y est contrainte par le cadre légal. Dans ces conditions, il n'est pas étonnant que, dès 2019, des entreprises automobiles leaders sur le marché, comme Daimler Trucks, aient annoncé qu'à partir de 2039, elles ne vendraient que des véhicules zéro émission en Europe, mais aussi aux États-Unis et en Asie.

Parmi les technologies que vous avez énumérées, laquelle gagnera la course ?

Les véhicules électriques et les camions à hydrogène, bien que les avis divergent encore actuellement quant aux scénarios de déploiement. Certains constructeurs automobiles privilégient les camions électriques pour les livraisons en ville et le transport local et régional avec une autonomie allant jusqu'à 500 kilomètres ; ils prévoient l'utilisation de camions à hydrogène pour des distances plus importantes. Cependant, d'autres équipementiers estiment qu'à l'avenir, les camions électriques seront également en mesure de gérer efficacement les transports, même sur des distances supérieures à 500 kilomètres. Chez DACHSER, nous nous intéressons de près à ces deux technologies. Je suis convaincu que nous avons besoin de ces deux formes de technologie. En fin de compte, c'est le scénario individuel, en fonction de facteurs tels que la charge utile et les durées d'utilisation, qui déterminera quelle solution est la meilleure et à quel moment.

Actuellement, le prix d'achat d'un camion électrique est environ deux à trois fois plus élevé que celui d'un camion Euro 6. Toutefois, malgré ces coûts plus élevés, DACHSER utilise déjà plusieurs camions zéro émission dans le cadre de ses activités régulières. Vous utilisez également le concept d’Emission Free Delivery pour des livraisons sans émission dans les centres-villes, et vous faites face aux coûts plus élevés que cela implique...

... Oui, motivés par nos convictions. Nous devons élargir nos expériences avec ces véhicules et nous voulons montrer la voie en tant que pionniers. Après tout, chez DACHSER, nous sommes fermement convaincus que nous contribuons à la réalisation des objectifs de l'Accord de Paris visant à maintenir le réchauffement climatique en dessous de 2° C. Nous considérons ce défi comme faisant partie de notre responsabilité intégrée, poursuivant la mission claire et nette de notre entreprise familiale. Dans cette optique, nous exploitons depuis 2018 une zone de livraison sans émissions à Stuttgart. En tant que principe de base, toutes nos livraisons dans le centre-ville et les zones piétonnes sont fournies se font sans émission, en utilisant des camions électriques alimentés par batterie combinés à des vélos-cargos électriques. En fait, nous avons même remporté le concours national du ministère allemand de l'environnement pour la logistique urbaine durable avec ce concept.

Interview with: Andre Kranke

Andre Kranke est Department Head Trends and Technology Research, Corporate Research & Development chez DACHSER.

Un projet réussi qui ouvre de vastes perspectives. Après le lancement de votre projet pilote de Stuttgart, le concept Emission Free Delivery a maintenant été déployé à Oslo et à Fribourg. Quand DACHSER envisage-t-il de mettre en œuvre ce concept dans d'autres villes ?

Les processus standardisés sont essentiels si nous voulons pouvoir mettre en œuvre l'idée dans davantage de villes. L'expérience acquise dans le cadre de notre projet pilote à Stuttgart nous a permis de définir les principes de base concernant les normes. Mais il est extrêmement important pour nous de continuer à développer et à renforcer notre expertise - par exemple, pour approfondir notre connaissance de la technologie et acquérir des connaissances valables sur l'effet des variations dans la programmation des véhicules. Tous ces éléments constituent des étapes importantes vers l'objectif du zéro émission. D'ici à la fin de 2022, nous prévoyons donc d'étendre la livraison sans émission à au moins onze régions métropolitaines européennes dans des pays comme l'Allemagne et la France.

Quel rôle jouent les camions à pile alimentés par de l'hydrogène liquide dans vos idées de transport longue distance sans émissions ?

Il s'agit sans aucun doute d'une évolution technologique que nous souhaitons soutenir et encourager. Cependant, pour l'instant, le marché ne propose que des prototypes ou des séries en faible quantité. Comme il y a encore beaucoup de choses à clarifier, DACHSER s'est fixé pour objectif de soutenir la recherche et de donner une impulsion à l'innovation. Dans ce cadre, nous avons participé à différentes études depuis 2020, notamment une collaboration avec l'université des sciences appliquées de Kempten, un projet de recherche de l'université RWTH d'Aix-la-Chapelle et un projet d'étude européen examinant les structures de coûts des différents types de véhicules.


En outre, en janvier dernier, nous avons rejoint l'Association allemande de l'hydrogène et des piles à combustible. Cela nous met en contact avec des sources technologiques spécialisées et nous permet d'accéder à l'expertise de réseaux paneuropéens qui traitent en profondeur les thèmes de l'approvisionnement énergétique durable.

Les camions diesel auront-ils encore un rôle à jouer dans ces nouveaux développements ?

Même s'il est certain qu'ils seront progressivement éliminés à long terme, ils auront encore un rôle crucial à jouer dans la logistique, jusqu'à la fin de cette décennie, au moins. Les camions diesel actuels de la catégorie d'émissions Euro 6 sont la seule forme de transport routier qui peut être utilisée dans toute l'Europe pour tous les types de transport. En dépit de notre enthousiasme pour les véhicules à zéro émission, nous ne pourrons utiliser cette technologie, écologique et efficace, que lorsque nous aurons trouvé les réponses pratiques aux questions technologiques, juridiques et économiques qui restent à résoudre.

Des problématiques qui "seront prochainement résolues", affirme Andre Kranke. Sa conclusion : "Bien que de nombreuses décisions doivent encore être prises, vous ne pouvez marquer un but que si vous shootez dans la bonne direction."

Dans une autre partie de l'interview, Andre Kranke parle des lois et règlements dans le cadre du zéro émission. Plus d'informations ici.

Contact Lou-Edel Bellaton